SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Rentrée au nouveau lycée de La Plaine Saint Denis : L’emballage est joli, mais quand on l’ouvre…
Article publié le 10 septembre 2017

Communiqué des enseignant.e.s du nouveau lycée polyvalent de la Plaine, à Saint-Denis.

Rentrée au nouveau lycée de La Plaine Saint Denis : L’emballage est joli, mais quand on l’ouvre…

… On découvre que rien n’a été anticipé. Les besoins primaires des personnels et des élèves sont pourtant assez évidents : des poubelles, du savon, des clés pour ouvrir les salles, des ordinateurs, internet, le téléphone, un logiciel pour accéder aux listes d’élèves, des vidéoprojecteurs, des assistants d’éducation en nombre suffisant pour assurer l’encadrement des élèves, une infirmière (d’autant plus que le lycée dispose d’un internat),…

Les classes de secondes prévues à 20 élèves pour répondre aux besoins spécifiques de ces derniers sont finalement à 31 élèves. Les postes d’enseignants prévus étaient donc insuffisants et tous ne sont pas pourvus à ce jour. L’impressionnant CDI est complètement vide sans poste info et sans moyen pour le garnir (2000 euros d’attribution). De belles salles de travail sont prévues dans le lycée mais aucun poste d’assistant pédagogique n’est à ce jour envisageable, …

Les personnels ont donc interpellé la présidente de Région et la Rectrice lundi dernier lors de l’inauguration du lycée en grandes pompes. Suite à cela, nous avons été reçu-e-s par le conseiller de Valérie Pecresse quelques minutes le jour même puis au Rectorat deux jours plus tard. Les pouvoirs publics tiennent tous le même discours, « ça va s’arranger, ne vous inquiétez pas » et le Rectorat a promis 1,5 poste d’AED supplémentaire. Or, nous avons toutes les raisons de nous inquiéter, d’abord du décalage entre ce qui est annoncé devant la presse et ce que nous constatons : un lycée du numérique dans lequel pour l’instant rien ne fonctionne, et dont la moitié des salles seulement sera équipé, mais aussi de l’absence de classement du lycée. Alors que le recrutement des élèves se fait exclusivement sur des bassins d’éducation prioritaire rien n’est prévu pour nous donner les moyens de les accueillir élèves dans les mêmes conditions que les lycées alentours (celles-ci étant déjà bien souvent dégradées).

Encore une fois, malgré « un bel écrin » comme l’a présenté la présidente de région, ce lycée dont l’ouverture était attendue depuis deux ans, nous montre le mépris et le cynisme dont sont capables les pouvoirs publics à l’égard des élèves de Seine Saint Denis et des personnels qui les accompagnent. Les besoins étaient TOUS prévisibles mais la rentrée se fait dans des conditions ahurissantes et la bonne volonté des personnels déjà surchargés de travail n’a d’égale que le silence assourdissant de pouvoirs publics qui se renvoient la balle ou répondent par l’argument massue du budget insuffisant et de la nécessaire patience et « confiance », maître mot de la rentrée, dont il faudra faire preuve.