SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


lundi 27 novembre
Stage antihiérarchie 27 et 28 novembre 2017 à Paris

mercredi 29 novembre
AG du collectif des enseignant.e.s de classes d’accueil mobilisés mercredi 29 novembre à 13h30 à la bourse du travail de Bobigny

mercredi 6 décembre
RIS Aubervilliers

jeudi 7 décembre
RIS BONDY

mardi 12 décembre
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

jeudi 14 décembre
[Réservé aux adhérent.e.s] Stage fédéral juridique niveau 1 : « Les statuts et le juridique au service des personnels et de l’animation syndicale » à Paris

jeudi 14 décembre
RIS Bagnolet

lundi 18 décembre
Stage syndical "Au croisement des oppressions - Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" les 18 et 19 décembre 2017 à Saint-Denis

mardi 19 décembre
AG du district 4 (Aulnay - Sevran - Tremblay - Villepinte) - 18h30, au Delyss, 5 rue des deux gares, métro Gare du Nord

jeudi 18 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

vendredi 19 janvier
Stage Pédagogies alternatives et syndicalisme - l’individu grâce au collectif, malgré lui

jeudi 8 février
AG des lycées en lutte du 93 - 18h30 à Saint-Denis

lundi 12 mars
Stage syndical pour les assistant-es d’éducation et assistant-es pédagogiques

Mobilisation des lycées au Conseil Régional le 28 septembre
Article publié le 9 octobre 2017

Ironie, mépris, c’est la réponse de la région aux lycées mobilisés d’Ile de France

Ce jeudi 28 septembre 2017, Rolland Jouve, conseiller en charge des lycées au cabinet de Valérie Pécresse, accompagné du directeur des grands projets de la région et de deux membres de la direction des ressources humains ont reçu une délégation d’établissements mobilisés du 93 et du 77. Ironie, surdité, mépris : c’est la réponse de la région à la détresse des collègues venus exposés les conditions insupportables de travail qu’ils subissent, avec leurs élèves, au quotidien.

Surpopulation dans les établissements du 93 : un projet de la région bien en deça des besoins.

La montée des effectifs n’a pas été anticipée par les services de la région et du rectorat et les lycées ne sont plus en mesure d’accueillir les élèves dans des conditions de sécurité minimale. La carence en places pour accueillir des élèves toujours plus nombreux est criante : salles trop petites, sureffectif dans les classes, vétusté des bâtiments.

La réponse de la région réside dans la construction de 3 lycées dans les 10 ans à venir, ce qui est extrêmement insuffisant, et pour cause, si l’augmentation prévue du nombre d’élèves est comprise entre 400 et 800 élèves, aucune création de bâti n’est prévue. Pourtant 10% des 465 lycées d’Ile de France sont déjà en sureffectifs. L’augmentation démographique ne va faire qu’empirer une situation déjà insoutenable. Sur les quatre secteurs où il est prévu d’ouvrir de nouveaux lycées, le nord-est de la Seine Saint Denis, le secteur de Pantin, ne figurent pas, alors que les lycées du secteur (Rostand, Mozart, Berthelot) sont déjà plein à craquer.

Des conditions matérielles de travail devenues insupportables

La région n’a eu de cesse de minimiser les problèmes gravissimes que rencontrent les établissements. Le lycée de La Plaine, pourtant neuf, souffre déjà d’un manque de moyens criant mettant en danger la sécurité des personnels et des élèves (alarme incendie défaillante, dysfonctionnement du réseau informatique, pas d’infrastructure pour l’EPS, CDI vide…). Au lycée Utrillo à Stains, la salle de restauration est tellement petite que les élèves n’ont pas tous le temps de manger. Dans la cité scolaire Jean Renoir, Bondy les normes de sécurité ne sont pas respectées et le lycée connaît régulièrement des pannes d’électricité, et des inondations dans les sous-sols. Au lycée Berthelot de Pantin, si des travaux d’isolation sont prévus, la région se garde bien de donner le moindre calendrier. Au lycée du Blanc Mesnil, les travaux de chauffage ne pourront pas être effectués avant l’été 2018 : il faudra faire sans chauffage cet hiver, mais des techniciens viendront régulièrement mesurer la température ! Au lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois, la demi-pension ne pouvait pas ouvrir à la rentrée.

A ces situations s’ajoute le désinvestissement continu de la région concernant la maintenance du matériel informatique : tous les postes d’agent de maintenance informatique ont été supprimés, au profit d’une « équipe volante » que la région a sous-traité à une entreprise privée, et qui ne vient dans les établissements qu’une fois toutes les deux semaines. Par ailleurs le logiciel vie scolaire proposé par la région est tellement inefficace que pour gérer les absences des élèves, nombre d’établissements ont dû investir dans des logiciels privés qui coûtent cher. Étant donné les coûts des SMS, certains lycées, comme Rostand à Villepinte, n’envoient plus qu’un sms par jour aux parents : ainsi les parents ne sont prévenus qu’à 17h de l’absence de leur enfant.

Des personnels agents épuisés, toujours moins nombreux au vu de l’augmentation démographique : la région parle de « surdotation » !

Dans beaucoup de lycées, un manque d’agents suite à la suppression des 600 CUI.
Les rares contractuels affectés sur ces postes (quand il y en a eus) ne peuvent pas faire les permanences car leur contrat ne le prévoit pas. Par conséquent, la charge de travail des titulaires s’alourdit. De plus, ne compense pas par des créations de postes les personnes reconnues en restrictions médicales. Les agents mutés, partis à la retraite ou en congés maladie ne sont plus remplacés. Cela n’empêche pas la région de parler de « surdotation » aux collègues des lycées mobilisés. Les problèmes viendraient de problème d’organisation du travail. Ils osent tout, c’est ainsi qu’on les reconnaît.

Pendant que les personnels gèrent l’urgence, la région lance des audits.

Sur ces points précis la région botte en touche : des audits vont être menés, « au cas par cas » et surtout un « Plan annuel de maintenance » va être mis en place, une sorte de « carnet de santé » des lycées, pour recenser tous les problèmes techniques et « prioriser » les besoins. Le recensement établi par les lycées en grève depuis le début de l’année n’est apparemment pas suffisant pour la région. Rappelons que la dernière fois que la région a proposé de faire un audit à un établissement, le lycée Jean Rostand de Villepinte, ils ont mis deux ans à le faire, nous ont indiqué en début d’année l’avoir perdu, avant d’envoyer un mail de cinq lignes établissant un résultat d’audit qui tenait en une dizaine de lignes, et prévoyait surtout la « réorganisation » du service.

PDF - 66.6 ko
CR détaillé de l’audience