SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Une collègue au chômage en janvier, forte dégradation du climat scolaire : grève et lycée désert au lycée Jean Rostand (Villepinte)
Article publié le 12 décembre 2017

Le vendredi 8 décembre 2017, nous, personnels du lycée Jean Rostand de Villepinte (93420), réunis en assemblée générale, avons voté la grève reconductible à partir de demain, mercredi 13 décembre, à la suite de nouvelles coupes de personnel prévues dans les semaines à venir, conduisant à une dégradation lente et durable des conditions de travail au sein de l’établissement. Cela fait suite à la décision prise avec plus de 80 parents d’élèves réunis le 29 novembre d’organiser une journée lycée désert demain, en l’absence de réponse à nos revendications.

Ainsi, notre collègue Florence Peycelon, en poste au CDI, en contrat aidé (CUI) administratif depuis quatre années, ne sera pas renouvelée le 21 janvier 2018, date d’expiration de son contrat. Cela va à l’encontre des engagements pris par le préfet de région lors de l’audience intersyndicale du 10 octobre 2017, selon lesquels tous les contrats des personnes de plus de 50 ans devaient être renouvelés. Ce traitement méprisant à l’égard de notre collègue, mère célibataire, investie dans son travail de longue date pour un salaire de moins de 700 euros par mois, aura pour conséquence directe de la placer dans une situation de précarité inacceptable. Par ailleurs son droit à la formation, prévu dans ce type de contrat, n’a pas été respecté : après avoir exploité les personnels précaires, sans respecter leurs droits, le rectorat s’en débarrasse sans états d’âmes.

Ceci ne fait qu’ajouter au mouvement de fond lié à la dégradation profonde des conditions de travail consécutives à une baisse globale des moyens de fonctionnement alloués à l’établissement, dégradation qui avait déjà été signalée au Rectorat de Créteil ainsi qu’à la région Île de France à de multiples reprises depuis l’an dernier et dès la rentrée 2017. Cette dégradation a notamment entraîné la perte de deux CUI AED à la rentrée, et verra également deux CUI administratifs quitter l’établissement dans les mois qui viennent, et ce en dépit de l’augmentation constante du nombre d’élèves depuis ces cinq dernières années. Des incidents graves – cyberharcèlement, agressions de collègues au sein de leurs classes – sont ainsi appelés à se renouveler plus fréquemment dans le futur.

Par conséquent, la grève et le rassemblement avec les parents d’élèves devant le Rectorat de Créteil, le mercredi 13 décembre, à 14h, ont été votés afin de protester et réclamer, une fois encore, les ressources humaines nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement.