SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Cas de COVID au collège Fabien : mise en danger des personnels par l’Education nationale
Article publié le 19 juin 2020

Communiqué de presse de Sud Education 93, membre de l’Union syndicale Solidaires du 19 juin

Suite au dépistage positif d’un agent d’entretien (ATTE) au COVID-19 le lundi 8 juin par test sérologique, la médecine du travail du conseil départemental avait conclu que l’agent n’étant pas « en phase aiguë de covid, il n’y a donc aucun risque de contagion lié à cette situation. Il n’y a pas lieu de maintenir la quatorzaine. »

Cette affirmation hasardeuse a été contredite par un nouveau test virologique (PCR) le lundi 15 juin.

Cet agent avait travaillé les 2, 3 et 4 juin et par conséquent été en contact avec de nombreux personnels (agent·es d’entretien, personnel administratif, AED, enseignant·es) et élèves du collège. Particulièrement symptomatique ces jours-là , il avait fini par être renvoyé chez lui le 4 juin par sa cheffe de service.

L’Education nationale pourtant responsable de la santé et de la sécurité des personnels n’a pris aucune mesure de protection : aucun mesure d’éviction, ni aucun test pour les personnels et les élèves

Les personnels de l’établissement réclament des mesures sanitaires urgentes depuis le jeudi 11 juin : le traçage de la chaîne de contamination pour une mise en quatorzaine des personnes ayant été en contact avec l’agent et et des tests pour tous les personnels à minima voire pour les élèves du collège.

Une de nos réprésentant·es au comité hygiène, santé, sécurité, conditions de travail départemental (CHSCTD) s’est déplacée jeudi 11 juin dans le collège pour constater la situation et déposer un droit d’alerte pour danger grave et imminent.

Dans ce cas, selon le décret 82-453 du 28 mai 1982, l’employeur a l’obligation d’enclencher une enquête immédiate à laquelle il doit associer la représentante du CHSCTD ayant fait l’alerte et convoquer un CHSCTD extraordinaire en cas de désaccord avec celle-ci dans le 24h .

Or, plus d’une semaine a passé et aucune mesure n’a été prise. Malgré des demandes répétées des collègues et de notre syndicat concernant cette situation auprès de l’administration, celle-ci refuse de donner une réponse satisfaisante, laissant les personnels dans l’inquiétude.

Comme pour le cas de l’école Varlin à Pierrefitte il y a quelques semaines, la direction académique de Seine St Denis se cache derrière des autorités médicales complaisantes pour se déresponsabiliser des ses obligations de protection , mettant ainsi en danger la santé des personnels en danger dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire actuel.

SUD Éducation 93 dénonce cette mise en danger des personnels par l’Education nationale et exige :

- que tous les établissements soient immédiatement fermés dès qu’un cas de Covid-19 est ne serait-ce que suspecté, en attendant que soit écarté tout risque de contamination

- qu’en cas supe l’ensemble du personnel, des élèves et de leurs familles soient testés avant d’envisager la réouverture de l’établissement