SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Cas de COVID dans les établissements du 93 : stop à l’omerta !
Article publié le 27 juin 2020


Communiqué de presse de SUD Education 93 du 26 juin 2020

La réouverture des écoles dès le 11 mai s’est faite dans l’impréparation et l’improvisation les plus totales. Prétextant les inégalités sociales et scolaires pour justifier cette reprise prématurée, le gouvernement n’a pas mis en place les garanties sanitaires nécessaires pour protéger la population, les personnels et les élèves. Le matériel n’était pas en quantité suffisante (masques, gel …), les protocoles sanitaires étaient souvent déconnectés de la réalité du terrain et inapplicables dans de nombreuses écoles, notamment en maternelle, et il n’y a eu aucune politique de dépistage massif.

La situation était donc prévisible : depuis le début de la réouverture des établissements le 11 mai, les cas de COVID se multiplient dans le département . Neuf cas ont été portés à notre connaissance, souvent directement par les personnels et non par l’administration qui préfère cacher ces situations sous le tapis. Souvent, on a demandé aux personnels de ne pas communiquer l’information aux autres personnels ou aux parents d’élèves !
Toutes les administrations (direction académique, conseil départemental, mairies) et les autorités médicales (l’ARS, la médecine de prévention des différents employeurs ) font tout pour garder l’omerta sur ces situations et n’ont pris que très peu , voire dans certains cas aucune mesure pour protéger les personnels et les élèves. De plus , 6 cas sur 9 sont des agent·es iels ne sont pas embauchées par l’Education natioanale. Ce sont les plus exposé·es car les plus précaires et « vulnérables »

Pour deux situations, celles de l’école Varlin à Pierrefitte et du collège Fabien à Saint-Denis, SUD Education 93 a exigé un CHSCTD extraordinaire , comme le permet la loi. En effet, selon le décret 82-453 du 28 mai 1982, en cas d’alerte par un·e membre du CHSCT, l’employeur a l’obligation d’enclencher une enquête immédiate à laquelle il doit associer ce membre et en cas de désaccord avec elle ou lui convoquer un CHSCTD extraordinaire dans les 24h .

Rien n’a été fait en ce sens. La direction académique a donc tout simplement agi de façon illégale ! La gestion de ces cas par l’administration est déplorable : un manque voire une absence de mesures d’éviction, peu voire pas de tests de dépistage pour les personnels et les élèves et aucune fermeture d’établissements.

Alors que les tests de dépistage sont enfin disponibles, et que certains seront bientôt périmés, l’ARS et la direction académique de Seine-Saint Denis refusent toujours de proposer le dépistage aux personnels et aux élèves qui ont côtoyés des cas positifs avérés. Notons qu’entre le 8 et le 14 juin, seulement 396 tests pour 100 000 habitants ont été réalisés dans toute la Seine-Saint-Denis 1 : quand on ne cherche pas, on ne trouve pas !

La direction académique de Seine-Saint-Denis se cache derrière des autorités médicales complaisantes pour se déresponsabiliser des ses obligations de protection, mettant ainsi en danger la santé des personnels en danger dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire actuel. En effet, l’ARS (Agence régionale de santé) conclut, dans de nombreux cas, qu’aucune enquête n’est nécessaire car les personnels appliquent strictement le protocole. C’est irresponsable et culpabilisant ! Ce n’est pas aux personnels de porter la responsabilité et la culpabilité en cas de contamination sur leur lieu de travail !

SUD Éducation 93 dénonce cette mise en danger des personnels par l’Education nationale et exige :

- que tous les établissements soient immédiatement fermés dès qu’un cas de Covid-19 est ne serait-ce que suspecté, en attendant que soit écarté tout risque de contamination

- qu’en cas de suspicion de contamination des tests de dépistage soient systématiquement proposés à l’ensemble du personnel, des élèves et de leurs familles avant d’envisager la réouverture de l’établissement

1Source : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/06/19/coronavirus-combien-de-tests-pcr-pratiques-et-de-personnes-infectees-dans-votre-departement_6043484_4355770.html

PDF - 269.4 ko
Communiqué maquetté