SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Contre la réforme du lycée professionnel : Les professeurs de mathématiques et sciences physiques et chimiques du 93 s’engagent dans la lutte
Article publié le 24 mai 2019

Nous, enseignantes et enseignants des lycées professionnels de Seine-Saint-Denis, protestons contre la reforme du lycée professionnel.
Aujourd’hui, jeudi 23 mai 2019, une part importante des professeurs de mathématiques et sciences physiques ont refusé de participer à la formation de mise en oeuvre de la transformation de la voie professionnelle.

La co-intervention : inefficace et Accompagnement Personnalisé dénaturé

Nous protestons contre la perte d’heures d’enseignement des matières générales en maths-sciences et lettres-histoire. En effet, à travers la co-intervention, les maths deviennent tributaires de la matière professionnelle, entraînant une grave perte de la culture générale et de la curiosité scientifique de nos élèves.
Avant la réforme, trois heures d’enseignement de mathématiques étaient consacrées aux élèves. Désormais, avec la réforme, seulement une heure y sera réellement consacrée. Le reste est désormais attribuée à la co-intervention et à l’accompagnement personnalisé en classe entière. De facto, il sera impossible d’adapter tout le programme de maths-sciences en cointervention.
Par ailleurs, l’accompagnement personnalisé perd tout son sens et son caractère individuel, étant donné qu’il se déroulera en classe entière. De plus, nous n’avons aucune base concrète afin de nous à aider à préparer ce projet. Seulement trois heures sont prévues pour nous organiser à travers trois petites réunions. Un temps bien trop court. Fautes de moyens, nous ne bénéficierons d’aucune formation sur les nouveaux logiciels que nous devrons utiliser avec nos élèves dès la rentrée.
Quant au chef d’oeuvre, nous n’avons aucune information sur les modalités de son évaluation, de son financement et de son organisation.

L’avenir de la voie professionnelle en danger

Par la création des campus des métiers et des UFA, nous nous orientons vers la disparition de la voie professionnelle, de l’école publique et de l’accès aux études supérieures.
Cette réforme appauvrit les contenus de formation. Elle ne permet pas aux élèves une insertion professionnelle qualifiante, ni une poursuite d’études.
Par conséquent, nous rejoignons nos collègues de lettres-histoire
dans la mobilisation du 28 mai et nous boycotterons toutes les
formations à venir.

PDF - 29.6 ko
Communiqué professeur.es de Math-sciences contre la réforme du LP