SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Anti-répression | ATTEE - Administratif⋅ves | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93


Contre les offensives et les destructions, construire un printemps des luttes
Article publié le 9 mars 2022

En soutien aux ukrainien.nes, des mobilisations contre la guerre émergent dans le monde entier. Comme dans toutes guerres, les populations civiles et les travailleurs et travailleuses seront les premières victimes des affrontements entre puissances.

Aussi, SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires appellent à participer aux mobilisations, en solidarité avec toute les populations victime des guerres. A l’opposé de l’OTAN qui relance une course à l’armement, nous nous positionnons en faveur d’une désescalade.

SUD éducation et l’Union syndicale Solidaires condamnent également le tri raciste et transphobe aux frontières de l’Europe. Il est plus que jamais important d’ouvrir les frontières et d’accueillir l’ensemble des réfugié·es quelle que soit leur origine, leur nationalité ou leur religion.

Aussi, tout·es les enfants doivent pouvoir être scolarisé∙es dans les meilleurs conditions possible. Alors que les structures UPE2A souffrent déjà d’un manque de moyens, nous réclamons des ouvertures de classes et des recrutements pour accueillir dignement l’ensemble des élèves. Une attention particulière devra être portée aux mineur·es non-accompagné·es : leurs droits fondamentaux à une scolarité, une orientation choisie, la santé, le logement, l’alimentation, doivent être garantis. SUD éducation revendique à cet égard des moyens pour l’amélioration des conditions d’existence des MNA déjà présent·es sur le territoire français. Leur place est à l’école ; ni dans la rue, ni dans un CRA, ni dans un avion de retour.

SUD éducation 93 menacé de dissolution pour son engagement antiraciste

Après deux plaintes de Jean-Michel Blanquer classées sans suite à l’occasion des stages de formation sur l’antiracisme organisés par notre syndicat, un groupe de cinq députés Les Républicains a pris le relais réclamant la dissolution de Sud Education 93.

Cette procédure est motivée par la tenue d’ateliers en non-mixité lors d’un de nos stages. Non seulement nous assumons, mais nous en revendiquons l’organisation.

Nous sommes convaincu·es que ces cadres sont essentiels à la construction de nos luttes. Ils ont vocation à permettre des espaces de paroles entre personnes subissant les mêmes oppressions spécifiques (racisme, sexisme, LGBTIphobie...) pour qu’elles puissent échanger sur leur vécu et élaborer leurs revendications.

Pour SUD éducation 93, cette attaque, comme toutes les autres, est bien la preuve que le projet d’école et de société que nous portons dérange. Elle s’inscrit dans une offensive réactionnaire portée par l’extrême droite et entretenue par le gouvernement. SUD éducation 93 appelle toutes celles et ceux qui soutiennent l’antiracisme politique à se rassembler devant le Tribunal Judiciaire de Bobigny (1 promenade Jean Rostand) le jeudi 17 mars (horaire à venir), jour de l’audience de plaidoirie, avant de se rendre à la manifestation interprofessionnelle pour l’augmentation des salaires

Reprendre l’offensive !

Dans la continuité des grèves et manifestations réussies du 8 mars, la grève interprofessionnelle pour les salaires du 17 mars et la journée de mobilisation des retraité·es du 24 mars s’inscriront dans une séquence de fortes mobilisations sociales, féministes, écologistes, antiracistes ou encore pour le droit à un logement décent le 26 mars.

SUD éducation 93 appelle ainsi ses adhérent·es à participer aux mobilisations pour la justice sociale et climatique du 12 mars à Paris et du 13 mars autour de la lutte des jardins d’Aubervilliers ainsi qu’aux marches climat du 25 mars.

Enfin, la marche des solidarités du 19 mars marquera un nouveau temps fort de la campagne « Antiracisme et solidarité » initiée en décembre par plus de 300 organisations.

Alors que s’intensifie une campagne présidentielle marquée par l’omniprésence des discours réactionnaires, faisons entendre la voix du mouvement social pour qu’en mars, le vent se lève !