SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Anti-répression | ATTEE - Administratif⋅ves | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Des baisses des moyens en éducation prioritaire : le collège Diderot d’Aubervilliers en grève !
Article publié le 15 février 2022

Les équipes éducatives du Collège Diderot sont en grève et mobilisées ce 15 février 2022 pour protester contre la baisse continue des moyens à la rentrée 2022.

Concrètement, les services académiques prévoient la fermeture d’une classe de 5ème, car il manquerait 6 élèves inscrit.e.s en septembre.
C’est ainsi toute l’organisation pédagogique de l’établissement qui se retrouve déstabilisée, et des classes dites d’ « éducation prioritaire » seront surchargées. De nombreux projets d’accompagnement éducatif seront compromis.

Devrons-nous choisir entre la préparation orale des 3èmes ?

Les heures de vies de classes ?

Les dédoublements de classes de langues et de sciences ?

L’offre d’option latin, grec, CHAM (la classe musicale) ?

Et d’autres dispositifs internes d’accompagnement personnalisé ?

Après deux ans de pandémie et d’apprentissages perturbés, nous protestons contre ces choix politiques et budgétaires. Il est injuste de faire payer la crise à celles et ceux qui en Seine-Saint-Denis en ont déjà subit de lourdes conséquences.

Ces décisions auront aussi un impact sur les conditions de travail déjà dégradées des enseignant.e.s et des équipes. Une classe en moins c’est aussi des postes en moins, ce qui implique davantage d’heures supplémentaires pour les personnels et des services éclatés sur plusieurs établissements. Des enseignant.e.s fatigué .e.s c’est moins de disponibilité pour le suivi de nos élèves et pour dispenser un enseignement de qualité. Dans les faits, notre direction imposera à six enseignant.e.s d’aller aussi travailler dans d’autres établissements.

Pourtant une autre organisation est possible, permettant aux
enseignant.e.s d’exercer à temps plein dans l’établissement avec une stabilisation des équipes !

Au coté des autres établissements mobilisés, nous protestons contre les 12 000 heures d’enseignements perdues en 12 ans dans le département (soit l’équivalent de 650 postes), alors que nous connaissions une hausse démographique de la population scolaire. A l’échelle nationale, après cinq années du Ministère Blanquer, ce sont près de 8000 postes, soit l’équivalent de 175 collèges qui ont été détruits. Et malgré la perspective des élections, l’hémorragie continue : les services académiques prévoient la fermeture de 25 classes à la rentrée 2022. Aucune trêve n’est donc accordée au détricotage du service publique.

Toutes ces économies de moyens ont eu un impact sur le fonctionnement du service publique de l’éducation et sur les capacités à honorer les remplacements du personnel. La pandémie n’a fait qu’exacerber une situation déjà catastrophique depuis plusieurs années, ou des milliers d’heures de cours n’ont pu être dispensées aux élèves faute de personnels suffisants.

Nous réclamons un plan d’urgence et de rattrapage pour la Seine-Saint-Denis, et à l’échelle de notre collège :

Le maintien de la division de 5ème
• La transformation de 33 heures supplémentaires en heures postes
• Le classement du Collège Diderot en REP + (comme les autres de la commune)
• L’embauche d’agent.e.s d’entretiens, d’AED, et d’une infirmière.
• Le remplacement immédiat des collèges en arrêt maternité et congé maternité.

Nous irons cet après-midi dès 14h sous les fenêtres de la DSDEN 93 afin de porter nos revendications auprès de l’institution.

Contact presse : Damien Besnard : 06 98 96 78 45 / Rémi Walter : 06 87 78 29 62