SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


En Direct du CHSCTD du 29 avril 2021
Article publié le 7 mai 2021

« Moi aussi j’ai une déclaration liminaire à faire : une organisation syndicale m’a traité de menteur dans un CR de CHSCTD que j’ai reçu sur ma boîte professionnelle »

M. VAUTIER, DAASEN du 93, CHSCTD du 29 avril 2021


Alors que la situation sanitaire est alarmante dans le département et que les conséquences de sa gestion pour nos élèves et leurs familles ainsi que les personnels est dramatique – autrement dit, des gens meurent- M. Vautier ne trouve rien de mieux à faire que d’étaler son égo en instance : il est vexé que notre organisation syndicale dise la vérité aux personnels. Comme nous l’avons rappelé, tant que nous recevrons mépris et mensonges de l’administration, nous continuerons à le dénoncer.

Ce nouveau CHSCTD n’a pas fait exception : toujours autant de mépris de la santé et de la sécurité des personnels et des élèves et piétinement de la démocratie du CHSCTD.

 


Dès le début de l’instance, une tentative de museler la parole de SUD éducation 93


A l’ouverture de la séance, le DAASEN a refusé que notre suppléante au CHSCTD prenne la parole durant l’instance, alors qu’il l’avait accordée à un membre suppléant d’une autre organisation syndicale.Après avoir dénoncé l’inégalité de traitement entre les organisations syndicales que nous analysons comme répression anti-SUD éducation 93, avoir reçu le soutien des autres OS et suspendu la séance, nous avons obtenu le droit à la parole et le CHSCTD a pu commencer ...

 


Sur la question du rapport d’enquête sur le suicide de Christine Renon


L’intersyndicale avait demandé que soit ajouté un point à l’ordre du jour, à savoir la présentation du rapport d’enquête sur le suicide de Christine Renon. En effet, nous attendons depuis des mois la présentation du rapport de l’enquête qui s’est achevée en décembre 2020 et qui n’a toujours pas rendu ses conclusions en instance.

Depuis des semaines, la DSDEN refuse de convoquer un CHSCT départemental alors que l’enquête avait été diligentée par le CHSCTD extraordinaire du 3 octobre 2019 (ajouter le lien après la mise en ligne du PV). Le DAASEN est incapable de justifier ce refus. Sa réponse : « Il n’y a pas de texte, c’est la pratique. »

Nous avons donc voté à l’unanimité le convocation d’un CHSCTD extraordinaire pour présenter ce rapport d’enquête, dans les plus brefs délais. Nous serons particulièrement attentif·ves au respect de ce vote par l’administration.

 


Sur la question de la situation sanitaire


  • Sur les fermetures de classes

La DSDEN nous a donné les chiffres suivants : 300 classes fermées depuis le début de la semaine dans le 1er degré.

Mais le DAASEN relative : 300 classes sur 11 000 environ , ça fait 2,7 % , c’est un peu supérieur au taux habituel de classes fermées" à cause des non-remplacements "mais il y a toujours des classes fermées quotidiennement " !!!

Le non-remplacement et donc la rupture avec le service public d’éducation devient donc une norme totalement assumée par la DSDEN.

  • Sur la question des auto-tests

La DSDEN assure que la livraison et les réassorts sont prévus pour atteindre le nombre prévus par les annonces du gouvernement (à savoir 2 tests par semaine par personnel) mais aucune information sur la date du réassort. Réponse qui commence à être habituelle : « Nous n’avons pas de visibilité » De nombreuses écoles n’ont rien reçu. Dans de nombreuses écoles, seules les enseignant·es ont été approvisionné·es et non les personnels AESH. Les personnels territoriaux, en revanche, n’ont rien reçu. Aucune information sur la façon d’utiliser correctement ces tests.

  • Sur la question des masques

La DSDEN assure que les masques livrés à la période précédente sont suffisants pour couvrir tous les personnels jusqu’à la fin de l’année scolaire, pouvant supporter 50 lavages.

Il n’y a donc aucune réassort prévu avant la rentrée de septembre 2021.

 

  • Sur la vaccination des personnels

Pas plus d’information que celles annoncées par le gouvernement.

Les personnels de l’EN du département devraient pouvoir accéder rapidement à la vaccination mais aucune information sur les délais et les capacités en terme de moyens.

 

  • Sur le dépistage des élèves (tests salivaires)

« La capacité de dépistage est limitée par les laboratoires. »

Pour l’instant, seuls 25 établissements sont concernés.

Les villes concernées pour l’instant sont les suivantes : Le Blanc-Mesnil, La Courneuve, Dugny, Le Raincy, Clichy-sous-Bois…

 

  • Sur la question du manque d’infirmièr·es dans les établissements scolaires

« Si j’avais des infirmières à donner dans tous les établissements, ma vie serait plus facile », nous rétorque le DAASEN, avant d’ajouter « et celle des élèves aussi » !

Avant d’ajouter : « Quand la situation sanitaire se sera améliorer, on espère que le vivier de contactuel·les pourra augmenter. »

Pour en savoir plus sur notre analyse de cette rentrée des 26 avril et 3 mai, lire notre communiqué ici

 

  • Sur les situations RPS (risques psycho-sociaux) remontées par les collègues

Une « mutation dans l’intérêt du service pour un apaisement du climat de l’école » à Marie Curie

Sur la question de l’école Marie Curie à Bobigny, la DSDEN estime que la situation est apaisée, alors que ce n’est clairement pas le cas. La souffrance de certain·es collègues de l’école s’étant même considérablement accrue depuis la mutation forcée d’Hélène. Plusieurs collègues sont en arrêt, dont une pour accident de travail, en attente de reconnaissance de celui-ci par l’administration. Dix collègues de l’école ont demandé, début mars, à être reçu·es en audience, audience qui leur a été refusée par la DSDEN !

Les collègues concerné·es ont également demandé une visite du CHSCTD afin de s’exprimer sur les causes de leur souffrance au travail et d’apporter de réelles solutions pour améliorer leurs conditions de travail. Une visite est donc programmée par le CHSCTD, avant la fin de l’année scolaire.

Au collège Jean Jaurès de Pantin, la principale a enregistré un entretien avec les représentant-s des personnels. Elle a ensuite menti en disant avoir eu l’autorisation de sa hiérarchie, ce que le Dasen adjoint dément.

En réponse, la DSDEN « accompagne » et « suit » cette cheffe indélicate…

Au collège République de Bobigny, le principal s’est montré violent en arrachant le registre de santé et sécurité au travail (RSST) des mains du représentant SUD au CHSCTD.

Aucune réponse de l’administration.


Sur les violences sexistes et sexuelles au travail


Après près de 5h d’instance sans pause, la DSDEN ne semble pas faire de cette question sa priorité, alors que c’est celle annoncée par le gouvernement pour son quinquennat et que les organisations syndicales exigent depuis des mois de réelles mesures de prévention, protection et réparation, comme le prévoit notamment la circulaire du 9 mars 2018 dans la fonction publique.