SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Epidémie dans les écoles, collèges et lycées : état des lieux et mobilisations dans le 93
Article publié le 30 mars 2021

Cet article rend public une partie des remontées faites à SUD éducation 93 à propos de la situation sanitaire dans les établissements scolaires de Seine-Saint-Denis.

Il n’est pas exhaustif mais reflète le quotidien des personnels et des élèves face à une épidémie hors de controle, dans un département où les hopitaux sont saturés, où le taux d’incidence est extrèmement élevé, où on est davantage malade qu’ailleurs, et où on meurt plus qu’ailleurs... dans la quasi indiférence et sans mesures de protection à la hauteur de l’urgence de la situation.

Pire, pendant que l’école s’enfonce dans la crise, le gouvernenement supprime des postes, augmente les nombre d’élèves par classe, y compris dans les établissements REP et REP+.

Aubervilliers

école Albert Mathiez  : 10 PE de l’équipe cas contact la semaine dernière. De fortes pressions de l’administration pour revenir au travail sans respecter les 7 jours d’éviction.
30 % de l’équipe s’est avérée positive. 6 cas positifs chez les élèves. 1 classe fermée…
Les élèves n’ont pas accès aux tests, et l’administration ne conseille pas aux parents d’aller faire tester les élèves.
Les masques...mal portés (et souvent uniques, non lavés ou inchangés) ne protègent pas les enfants. Beaucoup de familles nous disent ne pas avoir les moyens d’acheter des masques.

Collège Diderotaucun-e agente n’est présente au collège Diderot d’Aubervilliers depuis aujourd’hui. Elles sont toutes cas contact, et donc absentes pour une semaine. Les collègues ne savent pas si elles seront remplacées.
Le collège n’est pas nettoyé ni désinfecté. Plusieurs collègues ont exercé leur droit de retrait dès le vendredi 26 mars. Lundi 29 mars, reprise du travail suite au fait que le département ait "diligenté une équipe d’ATTE de remplacement" au collège dès aujourd’hui. Il se trouve que ce ne sont pas des ATTE mais des salariés d’un prestataire extérieur qui assurent le remplacement jusqu’à mercredi. Ils et elles ne sont que 3 au lieu de 8. Ils et elles n’ont pas pu nettoyer et encore moins désinfecter réellement le collège : poignées de portes pas faites, couloir simplement "balayés" à la souffleuse, certaines salles pas faites du tout, d’autre uniquement un coup de balais et la poubelle vidée. De nouveau, 7 collègues en droit de retrait l’après midi.

Sinon une classe annoncée en éviction est revenue l’heure d’après car l’élève malade n’a été déclaré que jeudi mais donc trop tôt pour l’éviction de toute la classe...

Aulnay sous Bois

Collège Debussy les collègues sont en droit de retrait car 20% du personnel touché par le COVID ; plus de direction donc un principal intérimaire qui vient d’une ville à côté. La vie scolaire est en grève ; 4 classes en éviction...

Bagnolet

Dans les écoles les espaces collectifs ne sont plus nettoyés régulièrement et le brassage des élèves s’amplifie en raison des absences d’enseignant·es non remplacées.

Réuni·es en assemblée générale, les personnels ont décidé d’exercer leur droit de retrait à partir de lundi 29 mars. 

Collège Politzer : six classes fermées, profs en grève le 30 mars, lié au refus du rectorat d’accorder une demi journée banalisée de formation à l’ENT et à l’enseigenement en distanciel en général.

La Courneuve

Collège Pollitzer : le nombre de cas positifs explose chez les élèves et les personnels, il n’y a plus de direction, plus d’infirmière. Les personnels ont exercé leur droit de retrait le 25 mars, demandent la fermeture de l’établissement pour une semaine, des demi-groupes pour les 4e et les 3e, et du matériel de protection en nombre suffisant.

Lycée Jacques Brel : une d’une partie des enseignant·es ont débrayé face à la situation sanitaire. Ils et elles ont réussi à imposer les jauges à 50% et le retour des enseignements de spécialité, de français en 1e de de philo en Tale en demi-groupes (ils étaient repassés en classe entière en janvier).

Une assemblée générale est prévue la semaine du 29 mars pour les écoles de la ville.

Drancy

lycée Delacroix nous comptons : 19 classes concernées par la présence d’au moins un cas positif avéré, parmi lesquelles 5 sont en éviction pour une semaine car elles comptent au moins 3 cas avérés et déclarés (dont 2 classes fermées aujourd’hui) ;
2 cas positifs avérés parmi l’équipe de direction ;
15 cas positifs avérés parmi les enseignant.e.s, qui ont été possiblement contaminé.e.s sur le lieu de travail, et 15 cas contacts à ce jour.
50 élèves positifs depuis le retour des vacances de mars ; et de nouveaux cas avérés chaque jour, le danger est donc grave et imminent. De plus nous comptabilisons à minima 161 élèves absents ce jour (sur 372 au total) du fait de leur condition de cas contacts à risque, ou positifs au test.

Epinay

Lycée Feyder :

une cinquantaine de cas sur une semaine. La semaine dernière, il n’y avait plus de personnels AED, tous positifs ou cas contacts,une équipe de CPE réduite aux 2/3 et nous avons tout de même ouverts. Nous continuons à ouvrir malgré un taux d’attaque de 2,7% (2700 / 100 000 personnes), taux qui a été calculé par l’ARS avant de nouveaux cas détectés cette semaine. 
L’idée de fermer le lycée a été refusée. Pour toute réponse, l’ARS a dépêché une équipe de l’APHP pour tester les élèves hier, mais trop peu d’élèves ont été testés, il faut que les tests s’étendent sur plusieurs jours pour être vraiment efficace.

Montreuil

Elémentaire Danton  : 4 classes fermées

Elémentaire D’Estienne d’Orves : 2 classes fermées

Collège Eluard  : 5 classes fermées

Collège Evora : 5 classes fermées

Collège Lenain de Tillemont : droit de retrait des personnels le 22 mars face à un collège non nettoyé car les agent·es d’entretien absent·es ne sont pas remplacé·es. Le département a dépéché en urgence quelques remplacants, mais pas suffisament pour remplacer toute l’équipe.

Mardi, 7 classes fermées. Demande de fermeture totale de l’établissement.

Noisy-le-Sec

dans les écoles :à la maternelle Gambetta, il y a une classe fermée depuis le 25 mars. Il y a également une classe fermée dans l’école élémentaire Carnot, une autre à la maternelle Condorcet, deux classes fermées à l’école élémentaire Langevin et trois classes sont fermées sur l’école maternelle D’Estienne d’Orves.

Collège Prévert :deux classes sont fermées et plusieurs enseignent-es sont cas contact donc en éviction.

Noisy le Grand

Lycée Evariste Galois : 6 classes fermées du lundi 29 mars jusqu’au 6 avril. Seules ont été fermées celles dont au moins un cas s’est déclaré depuis vendredi.

Pantin

Dans les écoles : 3 classes fermées successivement à l’école Langevin cette semaine.
La semaine dernière : 2 classes fermées à l’école maternelle Lolive, une à l’école élémentaire Lolive.
L’école maternelle Liberté complètement fermée.
Plusieurs classes fermées à l’école Charles Auray avec plusieurs enseignant-es en éviction COVID et cas contact.
Il n’y a plus d’Atsem sur l’école maternelle Jean Lolive et des sous effectifs dans toutes les maternelles car beaucoup sont malades ou cas contact.
Les collègues font le constat qu’il y a plus de fermetures du côté sud du canal car les enfants sont davantage testés que du côté nord du canal où l’accès aux soins des familles restent très limités car elles sont très paupérisées.
Du coup beaucoup d’enfants viennent malades à l’école ou restent chez eux quelques jours le temps que les symptômes passent mais sans voir de médecin

Lycée Lucie Aubrac :en deux semaines on a fermé environ 10 classes en deux semaines..
Plusieurs profs positif, des élèves en stage sont aussi tombé malade.
On est en demi jauge depuis le début de l’année du coup rien ne change chez nous.
Le travail de la vie scolaire c’est intensifié on appelle tous les parents des élèves absents pour savoir si ils et elles sont malades, ont fait le test etc.. les classes ferment rapidement grâce à ce suivi.

Pierrfitte

Collège Courbet, mardi 30 mars, il y a deux classes de 3ème fermées depuis hier et une des deux ULIS. Mais plusieurs élèves sont indiqué·es simplement comme étant " malades " dans Pronote (parce que non-testé·es), alors qu’il y a eu des cas positifs la semaine dernière dans leurs classes.

Rosny-sous-Bois

Collège Saint Exupery  : 7 classes fermées cette semaine au

Saint-Denis

Collège Garcia Lorca : beaucoup de cas positifs et de cas contacts chez les élèves et les adultes. Le niveau d’anxiété des personnels (direction comprise) augmente. Les collègues soupçonnent un sous-dépistage à la vue du nombre d’élèves d’apparence fiévreuse, se plaignant de maux de tête...

Collège Triolet : Les personnels du collège Elsa Triolet de Saint-Denis ont fait valoir leur droit de retrait, ce matin, lundi 29 mars 2021.
Ce matin il y a 22 personnels absents, dont des cas positifs et des cas contacts en éviction. Il y a six classes fermées. Aucune communication n’a été faite aux parents de l’établissement. Aucune communication n’a été faite au personnel pour la continuité pédagogique des élèves en éviction. Au regard du taux d’incidence en Seine-Saint-Denis, accueillir les élèves en classe entière est une mise en danger. Au 26 mars, plus aucun·e chef·fe présent·e ni de CPE, la moitié des enseignant·es en éviction, des classes fermées... et des faits de violence graves toute la semaine. L’administration refuse pourtant de de fermer le collège.
Les personnels décideront lundi 29 mars de la suite à donner à la situation.

Lundi 29 mars, une dizaine de personnels du collège Elsa Triolet ont fait usage de leur droit de retrait ce matin suite à l’accélération des contaminations aussi bien chez les élèves que chez les personnels. Nous sommes arrivés à 8 classes fermées sur 25.

Mardi 30 mars, 34 personnels absents, c’est-à-dire la moitié, 7 classes fermées. Les élèves sont livrés à eux-même, beaucoup de violence.

Dans les écoles :au moins une absence non remplacée par école. Le nombre de contamination augmente très vite.

Calmette : plusieurs enseignant.e.s et élèves positif-ve-s, 10 classes fermées, l’administration met la pression pour obliger au télé-travail car aucun remplacements

La Saussaie : plusieurs classes fermées.

Saint-Ouen

Lycée Blanqui :on avait hier 11 cas positifs chez les élèves (pour 1030 élèves donc un taux supérieur à 1 000 / 100 000). C’est deux fois plus que la semaine précédente, ça entraîne bien sûr des cas contacts nombreux.
Ils viennent de 11 classes différentes.

Sevran

Lycée Blaise Cendrars : lundi 29 mars, il y a 5 classes en éviction, 2 nouveaux cas chez les enseignant·es.
La région a offert d’envoyer un "bus sanitaire" avec 200 test pour le 26 mars mais ce matin la DSDEN a signifié à la proviseure que la région n’avait pas la main sur les établissements et qu’il n’y aurait pas de dépistage.

Stains

Collège Barbara : Les évictions de classe s’enchainent : actuellement deux quatrièmes en éviction (l’une jusqu’au 31 mars inclus, l’autre jusqu’au 7 avril inclus). Le retour des élèves est conditionné à la présentation d’un test négatif ; une troisième est également placée en éviction jusqu’à jeudi 1er avril inclus. Notre direction a accepté de placer en éviction les classes où des cas ont été détectés avant vendredi suite à un droit de retrait massif des personnels lundi matin à 8h ; sinon, nous n’aurions actuellement qu’une classe en éviction.

Villepinte

Collège Camille Claudel : les cas se multiplient au collège Camille Claudel, à Villepinte. Deux collègues au moins sont contaminés et nous avons été plusieurs à être en éviction. Les arrêts maladie se multiplient, tant chez les profs, qu’en Vie Scolaire. Nous n’avons comme beaucoup aucune visibilité sur les semaines à venir. Nous continuons de réclamer des moyens afin de remplacer les absents, et de renforcer l’équipe des agents territoriaux.