SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Fin des demi-groupes ! Blanquer accélère le saccage de l’éducation prioritaire !
Article publié le 3 juin 2021

 

À quelques semaines de la fin d’année les chef·fes d’établissements annoncent la fin des demi-groupes dans tout le département.

La grève de novembre avait vu de nombreux collègues se battre pour des conditions d’accueil cohérentes en période de crise sanitaire. Les personnels revendiquaient : demi-groupes, embauches massives et réquisition d’espace pour l’accueil des élèves et avaient fini par trouver réponse à une de ces revendications : la mise en place de demi-jauges/demi-groupes au bon vouloir des chef·fes d’établissements et du Recteur. Cette mesure a d’abord été acceptée côté lycée puis tardivement tolérée au cas par cas côté 4èmes et 3èmes au collège dans le département : les personnels peuvent s’estimer fier·e·s d’avoir su imposer une revendication permettant de freiner la propagation du virus et de permettre ainsi une sécurité sanitaire un peu plus grande pour les élèves, les familles et les personnels.

Mais l’absence d’adaptation des programmes, d’embauche et de réquisition n’aura pas permis d’adapter réellement l’éducation en période de pandémie. Ainsi l’application de la seule revendication des demi-groupes aura su créer quelques contradictions. Ce qui est certain, néanmoins, c’est que l’accueil de moitié moins d’effectifs dans les classes aura permis à bon nombre de collègues de renouer avec le sens premier de leur métier (en plus de freiner la circulation du virus). En ce sens, l’annonce récente de la fin des demi-jauges/demi-groupes a un intérêt stratégique pour le Rectorat et le Ministère de l’Éducation nationale, qui, non contents de ne pas avoir voulu adapter les programmes dans une période exceptionnelle, ont su tout au long d’un année multiplier les annonces surprises et injonctions contradictoires, usant les personnels d’éducation, et préparant ainsi la suite du saccage jusqu’au bout de l’éducation publique.

Il s’agit en effet d’effacer le plus rapidement possible une victoire du mouvement des personnels de peur que ceux-ci ne s’habituent trop à obtenir des victoires ou des conditions de travail convenables.

La bataille d’usure psychologique est une arme dont use à merveille le Ministre Blanquer, et le grand chantier qu’il lui reste à accomplir après toutes les réformes néolibérales est celui du saccage de l’éducation prioritaire : il est pour lui prioritaire d’en finir le plus rapidement possible avec les demi-groupes.

À l’heure ou les personnels s’affrontent à des DHG pas à la hauteur des besoins, l’annonce des cités éducatives et des PIALs, il semble plus que jamais nécessaire de revendiquer des mesures d’urgence pour une éducation publique et de qualité. Nous dénonçons la suppression surprise des demi-jauges/demi-groupes, la volonté à peine masquée du Ministère de l’Éducation nationale d’imposer une année infernale aux personnels d’éducation, en ne mettant aucun moyen à disposition et particulièrement en période de crise sanitaire.

C’est pourquoi Sud éducation 93 revendique urgemment :

- des DHG a la hauteur

- des embauches massives et avec le statut de fonctionnaires

- et nous réaffirmons la nécessité d’un seuil de 16 élèves par classe en éducation prioritaire et 20 hors éducation prioritaire