SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


Grève reconductible au lycée Utrillo de Stains
Article publié le 8 février 2019

Communiqué de presse du 8/02/2019

A l’instar de plusieurs dizaines d’autres établissements en Ile-de-France, les membres du personnel du Lycée Maurice Utrillo de Stains ont décidé de reconduire leur mouvement de grève aujourd’hui.
Nous continuons à dénoncer avec fermeté la dégradation de nos conditions de travail et de celles de nos élèves annoncées par les différentes réformes en cours dans l’Education Nationale :
- Augmentation du temps de travail des enseignants avec l’imposition de 2 heures supplémentaires et avec la préparation simultanée de plusieurs programmes sur différents niveaux à la rentrée 2019
- Gel du point d’indice des fonctionnaires
- Multiplication des contrats précaires dans l’éducation et suppression de 2650 postes dans l’enseignement.
- Modification du système Parcoursup
- Réforme des lycées généraux et professionnels qui creusent les inégalités entre les élèves
- Dégradation du travail des AED (éventuellement amenés à effectuer des heures d’enseignement) et des CPE avec la révision de leurs statuts.
Par ailleurs, nous condamnons avec fermeté les conditions dans lesquelles la réforme des lycées est mise en place dans notre établissement :

- Depuis le mois de septembre, nous n’avons eu aucun temps de concertation entre équipes et entre disciplines pour échanger sur une réforme qui invite pourtant à la pluridisciplinarité.
- Aucun temps d’échange avec les parents d’élèves, ni même avec les élèves, n’est véritablement organisé par l’administration.
- On nous annonce que les élèves de seconde ne pourront pas choisir librement la combinaison de leurs spécialités. La direction nous propose pour le moment six menus qui ont été décidés sans concertation. On nous explique que l’application réelle de la réforme entraînerait une explosion de nos effectifs en classe. On ne nous offre donc aucune alternative : soit nous devons accepter les menus, soit nous devons accepter des effectifs de classe à plus de 30 élèves.
- On nous annonce que les élèves souhaitant choisir une spécialité qui n’est pas proposée au lycée ne pourront pas changer d’établissement ce qui est, encore une fois, contraire aux annonces du ministre Blanquer.
- Avec l’application de ces menus triples de spécialité, on nous annonce des groupes de spécialité à plus de 40 élèves non dédoublés alors que depuis des années nous demandons à n’avoir pas plus de 24 élèves en lycée général et 18 élèves en lycée professionnel.
- On nous annonce que nous n’avons pas assez d’heures pour proposer aux élèves de seconde de choisir des options l’année prochaine.
- On nous annonce des journées de formation en juin qui arrivent beaucoup trop tardivement
Ces conditions de travail sont inadmissibles. L’absence de dialogues et de formations autour de ces différentes réformes cristallisent de nombreuses tensions dans notre établissement. Les élèves sont obligés de prendre des décisions cruciales pour leur avenir sans pouvoir en mesurer la portée. Tout cela crée une atmosphère anxiogène qui touche les élèves comme les personnels du lycée. 
Nous, professionnels de l’éducation, ayant l’expertise du terrain depuis de nombreuses années, tenons à alerter nos instances hiérarchiques sur la situation de souffrance dans laquelle se trouvent les personnels et les élèves de l’Education nationale.

Cette situation ne peut plus durer.

Les personnels du lycée Maurice Utrillo de STAINS
Communiqué de presse du 7/02/2019

Communiqué de presse du 7/02/2019

Les personnels mobilisés du Lycée Maurice Utrillo réunis en Assemblée Générale ce jeudi 7 février 2019 ont décidé ce matin de se mettre en grève en suivant le mouvement de grève reconductible lancé hier dans différents établissements.

Cette décision est motivée par notre totale opposition aux différentes réformes qui touchent le secondaire général et professionnel et qui auront des conséquences désastreuses :

­ -Baisse de la DHG (Dotation Horaire Globale)
­- Suppression de postes (au lycée Maurice Utrillo, plus de LV3 et des options fortement menacées)
­- Suppression des filières dans le général qui impose un tri social dès la seconde
­ -La réforme du Code de l’Education qui cherche à sanctionner notre liberté d’expression vis-à-vis de l’institution (Art. L. 111-3-1)
­- Disparition des CIO (Centres d’Information et d’Orientation)
­- L’orientation va reposer exclusivement sur les professeurs principaux qui ne sont pas formés à assurer cette responsabilité
­- Un baccalauréat qui devient local avec des épreuves de contrôle continu et la prise en compte des notes des bulletins (au total une vingtaine d’épreuves)
­ -Une sélection sur Parcoursup d’autant plus géographique qui va entrainer une forte discrimination envers les élèves du 93
­ -Une présence policière et sécuritaire accrue dans les établissements (nomination d’un gendarme en tant que proviseur adjoint au lycée Maurice Utrillo)
­-Une réduction des moyens humains au sein des établissements (Assistants d’éducation, Assistant pédagogiques, Assistantes.s Sociales.aux, infirmiers.ières)
­ -Une augmentation des effectifs par classe (+ de 30 élèves)
­ -Une 2ème heure supplémentaire obligatoire (les heures supplémentaires étant payées 25% de moins que les heures statutaires).
­- Une absence de vraie concertation sur ces différentes réformes et sur leur mise en place au sein des établissements

Face à ces conséquences désastreuses, nous exigeons les actions suivantes :

­- Une abrogation, ou à minima, un moratoire sur les différentes réformes du secondaire, général, technologique et professionnel
­ -Une véritable consultation avec tous les personnels de l’éducation nationale sur une possible réforme du secondaire.
­ -Une augmentation des moyens humains, éducatifs, sociaux et de sante au sein des établissements.
­- Une véritable politique de l’éducation prioritaire.
­- Une baisse des effectifs par classe et le maintien des heures en demi-groupe.
­- Le Refus de toute heure supplémentaire obligatoire.

Face au refus de l’institution d’entendre nos inquiétudes et nos revendications, nous avons l’intention de soutenir les autres établissements, en nous associant au mouvement reconductible.