SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Le rectorat tente de tuer le collège Coopératif et Polytechnique d’Aubervilliers
Article publié le 8 juin 2019

À la suite des grèves de 2010, un collectif d’enseigant⋅e⋅s et de personnel⋅le⋅s de l’éducation à Aubervilliers ont milité pour qu’ouvre à Aubervilliers un collège de secteur avec un projet pédagogique qui met en avant la coopération et l’apprentissage polytechnique. Après presque 10 ans de négociation avec le rectorat, ce collège coopératif et polytechnique a ouvert à la rentrée 2018. Un an après son ouverture, l’attitude de l’institution laisse à penser qu’elle tente de faire capoter le projet. Sud Éducation 93 dénonce ces pratiques, et apporte son soutien plein au collègues qui se sont battu⋅e⋅s pour que ce collège voit le jour.

Un collège sans murs
La construction du collège a connu de multiples retards, rebondissements, dont le comique de répétition pourrait nous faire sourire si les conséquences n’étaient pas dramatiques. D’abord prévu pour la rentrée 2015, le collège n’a ouvert qu’en 2018… dans des préfabriqués. La raison est toute simple : à aucun moment les collectivités territoriales ne se sont donné les moyens de faire avancer le chantier.
Pendant toute cette année, les élèves ont eu cours dans des locaux trop petits, insalubres, avec un manque d’infrastructures hallucinant (cantine, installations sportives, CDI,…). En somme, dans des conditions que l’on n’accepterait pas de l’autre côté du périph ! Mais nous sommes à Aubervilliers, l’égalité territoriale est une notion bien abstraite ici.
L’emménagement dans les locaux définitifs – initialement prévu pour janvier 2019 - a été repoussé de semaines en semaines, pour ne jamais aboutir. Les collectivités territoriales sont incapables de garantir que la rentrée de septembre 2019 ne se fera pas de nouveau dans les préfabriqués. C’est scandaleux !
Plusieurs autres établissements scolaires de la ville ont d’ores et déjà posé des pré-avis de grève si la rentrée du collège ne se fait pas dans les batîments définitifs. Il est impensable qu’on laisse faire cette rentrée dans des préfabriqués. Le rectorat, et le conseil départemental ont les moyens de faire pression pour que le chantier se termine à temps.

Des Inspections à la chaîne
Le rectorat, non gêné de laisser des collègues et des enfants dans des conditions d’enseignement insalubres, a décidé de mettre un coup de pression en inspectant l’ensemble des collègues contractuel⋅le⋅s de l’établissement. Une telle pratique ne s’est jamais vue nulle part dans le 93. Dans la quasi-totalité des établissements du 93, les collègues contractuel⋅le⋅s ne sont jamais inspecté⋅e⋅s, et par hasard, tou⋅te⋅s celles/ceux du collège Coopératif et Polytechnique le seraient la même année ? Par ailleurs, nombre de ces inspecteurs⋅trices ne se sont pas gêné⋅e⋅s pour dire tout le mal qu’ils/elles pensaient du projet pédagogique.
Ces inspections sont une honte. Les équipes ont le droit de choisir collectivement leurs pratiques pédagogiques, sans recevoir de coups de pression venus du rectorat. Nous serons vigilant⋅e⋅s à ce qu’aucun⋅e⋅s des contractuel⋅le⋅s de ce collège ne soit licencié⋅e⋅s.

Les Collègues porteuse⋅eurs du projet, écarté⋅e⋅s lors des mutations
Trois personnes du collectif devaient intégrer à titre définitif – un engagement du rectorat en 2016 – le collège à la rentrée prochaine, mais le rectorat a décidé de les en empêcher. Une partie du dossier de l’une a été perdu. Pour les deux autres, il a émis un avis défavorable, alors même qu’il n’y avait aucun⋅e autre candidat⋅e au poste, et que les collègues étaient déjà en poste à titre provisoire.
À Sud éducation 93, nous dénonçons les postes spécifiques établis par les chef⋅fe⋅s, qui ne sont qu’une série de passes-droits, et permettent à la hiérarchie d’asseoir leur pouvoir. De façon extrêmement inquiétante, la réforme de la fonction publique voudrait les généraliser, ce que nous dénonçons, tant nous pouvons constater que c’est le règne de l’arbitraire.
Mais, l’hypocrisie du rectorat est insupportable quand les seuls postes spécifiques non pourvus (pour lesquels il y avait un⋅e candidat⋅e) sont les 2 postes du collège Coopératif et Polytechnique !
Nous dénonçons ce que nous interprétons comme une tentative de casser le projet pédagogique de ce collège. Nous demandons que les collègues soient affecté⋅e⋅s à titre définitif dans l’établissement, à l’issue du mouvement des mutations intra-académiques 2019. Nous invitons l’ensemble des collègues à signer la pétition :


 
Nous réaffirmons que nous défendons une école autogestionnaire, dans laquelle ce sont les travailleur⋅e⋅s qui décident de l’organisation du travail, et une école émancipatrice, où les pédagogies donnent les outils pour s’opposer collectivement aux oppressions.

 
PDF - 372.2 ko
Halimi-Tract