SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agents | Contractuels enseignants | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence |

Découvrir SUD éducation 93

Agenda


mercredi 23 mai
Libération immédiate du camarade arrêté abusivement lors de la manifestation Fonction Publique !

jeudi 24 mai
Rassemblement 17h30 pour la libération de notre camarade Yann !

dimanche 27 mai
Contre Europa city - rassemblement le 27 mai à Gonesse

lundi 28 mai
[Réservé aux adhérent·es] Stage " Défendre collectivement les droits des personnels pour un syndicalisme de lutte "

mercredi 30 mai
Rassemblements devant les rectorats contre les non-renouvellements de contrats.

vendredi 1er juin
Assemblée générale du vendredi 1er juin

vendredi 8 juin
Stage "Agir collectivement contre les souffrances au travail"

samedi 30 juin
Marche des fiertés 2018

Lettre ouverte au Ministre de l’Éducation nationale sur la scolarisation des enfants étrangers
Article publié le 10 octobre 2017

Monsieur le ministre,

La loi française affirme le droit à la scolarisation pour tous, droit réaffirmé dans le cadre de l’école inclusive. Pourtant, de trop nombreux enfants et adolescents n’ont pas pu faire leur rentrée scolaire.

Parfois, c’est parce qu’un maire a refusé de les inscrire à l’école sous un prétexte administratif ou parce qu’un mineur isolé n’a pu bénéficier des aides pour le guider dans les démarches nécessaires à l’inscription au collège ou au lycée.

Parfois c’est parce que, victime d’une expulsion ou de la précarité des hébergements en hôtel social, l’enfant ou l’adolescent a été éloigné de l’école où il avait été scolarisé.

Parfois c’est parce qu’il faut attendre plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous d’évaluation au CIO ou au CASNAV et qu’une fois cette évaluation faite, il faudra encore attendre pour obtenir une place en collège ou lycée ou rendre possible une formation professionnelle ou une poursuite d’étude.

La loi ne fait aucune exception au droit à l’école y compris au-delà de 16 ans et les textes réglementaires rappellent qu’aucune distinction ne peut être faite quant à ce droit entre les enfants de nationalité française et les enfants de nationalité étrangère.

C’est pourquoi les organisations syndicales et les associations soussignées appellent le ministre de l’Éducation nationale à agir pour que ce droit soit effectif pour tous les enfants et les adolescents et que les moyens nécessaires pour réussir cette scolarité y soient consacrés.

FSU, FERC-CGT, UNSA Éducation, SUD Éducation, SGEN-CFDT, RESF, CDERE, Solidarité laïque, LDH, FCPE