SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexuelles et sexistes | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Messages de solidarité avec Hélène
Article publié le 9 février 2021


Tout notre soutien à la camarade Helene.
Non aux pressions hiérarchiques et oppressives de l’État et de ses évêques contre la liberté d’enseignement.
Ils ne sont rien d’autre que des manifestations de la peur de l’autonomie et de la liberté.
Nous sommes avec elle de l’autre côté de l’océan.

Escuela Activa Paidós
Instituto de Investigaciones Pedagógicas A.C.
Movimiento por una educación popular alternativa. MEPA
México

Teresita Garduño


Au nom du mouvement camerounais l’AECEMO, et en mon nom personnel, Hélène a tout notre soutien, afin que son engagement aux pratiques pédagogiques de l’Ecole Moderne soit valorisé et restauré.
Coopérativement,

Antoinette Mengue Abesso


Non à la répression pédagogique, soutien à Hélène Careil

Nous enseignant•e•s, praticien•ne•s de la Pédagogie Freinet dans nos classes, militons pour une école publique, émancipatrice et porteuse de sens pour les élèves qui nous sont confié•e•s.

A ce titre nous apportons notre soutien à notre collègue Hélène Careil de l’école Marie-Curie à Bobigny (93), injustement soumise à des pressions hiérarchiques qui se transforment aujourd’hui en une sanction injustifiée.

Il nous parait inconcevable qu’une collègue experte, conceptrice de ses outils, très fortement impliquée dans la vie de sa classe et de son école, se voie sanctionnée alors que RIEN ne peut, objectivement, lui être reproché. Cette mutation, en cours d’année, brise des vies : la sienne, celles de ses élèves et de ses collègues. C’est inacceptable.

D’autre part, cette répression s’attaque à la liberté pédagogique. Cette liberté pédagogique doit pourtant rester le cœur de notre métier : c’est elle qui nous permet de nous positionner en tant que chercheur•se, expert•e de terrain face aux élèves que nous rencontrons chaque année, toujours différents.

Attachée à celle-ci et aux valeurs de coopération et d’émancipation, nous continuerons à les faire vivre au quotidien dans nos classes et à être au côté de ceux et celles qui se voient attaqués dans cet engagement auprès de leurs élèves.

Le groupe départemental parisien de l’Icem-pédagogie Freinet sera présent mercredi devant la Dsden, pour soutenir Hélène Careil.

Groupe Départemental 75, ICEM pédagogie Freinet Paris, le 8 février 2021


En soutien à Hélène vous pouvez faire apparaître publiquement mon nom sous la forme suivante 
Patrick LAURENCEAU
Ancien secrétaire national du SNUipp
Ancien membre du Conseil supérieur de l’Education nationale


Contre la répression, Soutien à Hélène, militante pédagogique et syndicale à l’ICEM et SUD éducation

https://www.sudeducation03.org/Contre-la-repression-Soutien-a-Helene-militante-pedagogique-et-syndicale-a-l.html

SUD éducation Allier


De : 
Date : lun. 8 févr. 2021 à 20:48
Subject : Hélène Careil
To : <ce.93cabinet@ac-creteil.fr>

Madame, Monsieur,

J’ai été informée de la situation actuelle autour de ma collègue Hélène Careil.

J’y ai appris avec stupeur et surprise qu’elle était invitée à se présenter à la DSDEN ce mercredi afin de consulter son dossier administratif dans son intégralité, préalable à la prise d’une décision de mutation dans l’intérêt du service à son endroit.

Je m’interroge sur les raisons profondes de ce genre d’action de votre part.
Engagée sur le plan syndical ainsi que sur le plan pédagogique, Hélène a fait preuve de son investissement pour son métier, ses collègues, dans son école et pour ses élèves. J’y décèle là bien un professionnalisme et une vision de sa mission qui l’honore.

Mais peut-être est-ce cela qui dérange ?

Comme Hélène par sa pratique et ses engagements, je considère que l’école comme lieu d’émancipation est à mettre au cœur du projet pour le monde de demain, fondé sur la justice sociale, l’égalité et la coopération. Aux vues des différents défis qui nous guettent pour les prochaines années, je ne peux pas croire que par votre action vous agissez pour le bien commun.

Je me prends à espérer que vous allez revoir votre décision.

Solidairement avec Hélène

une PE à Paris, 20e


https://www.facebook.com/watch/?v=904953273665541

Messages des parents d’élèves de l’école Marie Curie


À M. le DASEN de Seine St Denis
Objet : abandon des procédures contre Hélène CAREIL , professeure des écoles à l’école Marie Curie de Bobigny

Monsieur,

Nous avons appris que ce jeudi 4 février 2021, Hélène CAREIL , professeure des écoles à l’école Marie Curie de Bobigny, militante pédagogique à l’ICEM pédagogie Freinet et militante syndicale à SUD Éducation, avait reçu un courrier lui indiquant que vous prévoyez une mutation « dans l’intérêt du service » à son encontre.

Nous avons croisé Hélène CAREIL lors des mobilisations pour la scolarisation des enfants Roms et pour l’amélioration de leurs conditions de vie sur différents bidonvilles. Nous avons pu constater l’immense dévouement de cette institutrice à la cause des enfants, de jour comme de nuit, pendant l’année scolaire comme pendant ses congés. De ce point de vue Hélène CAREIL est à nos yeux l’exemple même de l’enseignante au service d’une école publique accueillant tous les enfants avec la même passion.

Sanctionner Hélène CAREIL serait aussi sanctionner cette vision humaniste et engagée du rôle social de l’enseignant.

Nous vous prions, Monsieur le Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale, de croire en notre attachement au service public d’éducation et d’agréer, l’expression de nos sentiments distingués.

Le Président de la section LDH
Jean Michel Delarbre


Syndicat des travailleuses et travailleurs de l’éducation de l’Isère.
CNT-FTE
102, rue d’Alembert
38000 Grenoble
Courrier : BP 385 38015 Grenoble Cedex 1
Mail : educ.38@cnt-f.org

Grenoble, le 12 février 2021

Monsieur le DASEN
DSDEN 93
8 rue Claude Bernard
93008 BOBIGNY CEDEX

Monsieur le Directeur,

Nous, syndicat CNT des travailleuses et travailleurs de l’éducation de l’Isère, avons appris ce mercredi 10 février 2021, que vous envisagiez la mutation « dans l’intérêt du service » de notre collègue Hélène Careil, professeure des écoles à l’école Marie Curie de Bobigny, militante pédagogique à l’ICEM-pédagogie Freinet et militante syndicale à SUD Education.

Cette décision est une sanction déguisée, elle est prise en dehors de toute procédure disciplinaire, elle ne reconnaît pas de droit à la défense, elle est arbitraire, elle n’est donc pas réglementaire.

Cette décision constitue une entrave à la liberté pédagogique de notre collègue qui lui permet, en tant que professionnelle formée et reconnue, d’adapter son enseignement aux élèves dont elle a la charge.

Par ailleurs, cette décision constitue une répression syndicale caractérisée, ce qui est un délit pénal et une attaque contre les principes républicains fondés sur la démocratie sociale.

En outre, cette décision traduit un réel mépris pour les élèves et leurs familles, privé.e.s de leur enseignante alors que la crise sanitaire a accentué les difficultés sociales et scolaires et que les familles comme les élèves – d’autant plus celles et ceux issu.e.s de milieux populaires - sont en
attente de stabilité et d’aides à la scolarité.

Dans un département où notre collègue Christine Renon s’est suicidée dans son école en mettant en cause directement la responsabilité de l’Éducation Nationale dans la dégradation continue des conditions de travail et des missions des enseignant·es, cette décision est une nouvelle
illustration d’une gestion politique délétère des personnels.

Nous exigeons l’abandon immédiat des procédures contre notre collègue Hélène Careil.

Nous exigeons son maintien dans ses fonctions et sur son poste.
La liberté syndicale est une liberté fondamentale reconnue par la loi et nous n’accepterons jamais sa remise en cause par une administration soumise aux intérêts particuliers du pouvoir politique.

La liberté pédagogique est un outil indispensable à la vision que nous nous faisons de notre métier, lequel vise à l’émancipation, au progrès social, et à la compréhension du monde par les élèves. Nous n’accepterons jamais de sacrifier l’intérêt de nos élèves aux injonctions verticales qui enferment l’acte éducatif dans des procédures standardisées vides de sens.

Veuillez croire, Monsieur le Directeur Académique, à notre attachement au service public d’éducation.

Le syndicat des travailleuses et travailleurs de l’éducation de l’Isère – CNT
CNT Éducation 38

PDF - 77.9 ko

Pas de répression pour notre collègue Hélène professeur des écoles à Bobigny

Nos organisations syndicales sont consternées et très en colère par la menace de sanction déguisée qui pèse sur notre collègue de l’école Marie Curie de Bobigny.

Hélène est militante dans le mouvement ICEM-pédagogie Freinet et c’est pour le projet pédagogique qu’elle avait choisi cette école, où Véronique Decker, également militante Freinet et syndicale à Sud Education 93, a été directrice pendant près de 20 ans.

Elle est comme tou-te-s les enseignant-e-s de cette école très fortement impliquée pour le progrès et la réussite des élèves qui vivent par ailleurs dans un département dans lequel l’éducation prioritaire est de plus en plus remise en cause, alors que les besoins des enfants, soumis à une grande pauvreté, sont très importants.

Nous sommes consterné-e-s et très en colère de constater que bien loin de soutenir et d’accompagner les enseignant-e-s, l’administration les empêche de travailler et de mettre en œuvre la pédagogie qu’ils et elles choisissent.

Nous sommes consterné-e-s et très en colère de constater que l’acharnement d’une inspectrice pourrait aboutir à une mutation forcée, bien loin de « l’intérêt du service », c’est à dire de l’école et des élèves. Cette fausse sanction derrière laquelle l’administration se cache, est une sanction lourde dans les faits et inacceptable pour une enseignante impliquée sur son lieu de travail comme l’est Hélène.

La liberté pédagogique des enseignant-e-s n’est pas négociable.

Car ils et elles savent mieux que la hiérarchie ce qui convient, fonctionne, donne des résultats en termes d’apprentissage, parce que pour cela rien ne remplace le travail jour après jour avec les élèves, les collègues, en lien avec les partenaires, les parents. Les évaluations demandées par l’institution ne sont que des outils de pilotage dont les enseignant-e-s n’ont que faire, et qui ne leur apportent aucun moyen.

Non à la répression syndicale.

Hélène n’est pas la seule enseignante visée par des sanctions par l’administration. Son nom vient s’ajouter à une liste honteuse pour l’éducation nationale : collège République de Bobigny, lycée de Melle, Aed à Strasbourg, lycée de Bordeaux.

Nous vous avertissons : le fossé se creuse dangereusement entre une profession en souffrance et une autorité qui détruit le service public d’une main et sanctionne ceux qui revendiquent de l’autre.

Nous exigeons l’abandon des menaces de sanction qui pèsent sur notre collègue Hélène.

Nous continuerons de porter haut et fort une vision plus juste de la société, un projet pour une école de l’égalité et de l’émancipation, pour des moyens à la hauteur d’un réel service public d’éducation et pour notre liberté pédagogique.

C’est pourquoi, nous sommes tous et toutes derrière Hélène et ses collègues.

En la sanctionnant vous nous sanctionnerez tous et toutes.

SUD Education 77, CGT Educ’action 77

PDF - 62.8 ko

A2CPA, Association pour un Collège Coopératif et Polytechnique à Aubervilliers
A l’attention du Directeur Académique de la Seine-Saint-Denis,
A l’attention de l’IEN de Bobigny


Objet : Décision administrative concernant Hélène Careil

Aubervilliers, le 26 février 2021

Monsieur le Directeur Académique,
Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale,

L’A2CPA, Association pour un Collège Coopératif et Polytechnique à Aubervilliers, a appris avec stupeur la menace d’une décision administrative de mutation d’office de Hélène Careil, professeure des écoles exerçant à l’école Marie-Curie à Bobigny.

Nous nous demandons quel intérêt du service peut fonder une mesure qui bouleverse la vie personnelle d’une enseignante dont l’investissement professionnel est largement reconnu, bouleversant aussi en cours d’année le quotidien des enfants dont elle a la charge et le travail mené avec ses collègues.

Pratiquant la pédagogie Freinet, une pédagogie du respect de l’enfant et de l’éducation coopérative, et responsable syndicale soucieuse des conditions d’apprentissage de ses élèves, Hélène Careil ne saurait, sous aucun prétexte, être victime de son engagement pédagogique et syndical.

Nous nous inquiétons des raisons profondes qui motivent cette décision et apportons tout notre soutien à Hélène Careil, face à une mesure discrétionnaire qui ne permet pas aux personnels de se défendre.

Nous rendons hommage à l’équipe enseignante de l’école Marie-Curie de Bobigny dont le projet pédagogique et éducatif, celui d’une école de la liberté et de la responsabilité, de la justice sociale, de l’égalité et de la coopération, a inspiré le projet soutenu par notre association.

Nous soutenons que seule une diversité pédagogique, tant dans la recherche que dans les pratiques, est démocratique. L’Education Nationale devrait soutenir les projets d’équipes coopératives, ainsi que les établissements publics expérimentaux, qui ouvrent d’autres perspectives pour que les élèves d’aujourd’hui soient capables de relever les défis de demain. Imposer une voie unique ne saurait qu’être autoritaire et mortifère.

L’A2CPA appelle les services de l’Éducation Nationale à respecter et faire respecter le droit des personnels à l’exercice de la liberté pédagogique, ainsi que leur droit à la liberté d’expression.

l’A2CPA, Association pour un Collège Coopératif et Polytechnique à Aubervilliers