SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Motion de l’assemblée générale des parents, enseignant·es et agents territoriaux de de Saint-Denis
Article publié le 7 mai 2020

Motion adoptée avec le soutien des organisations syndicales SUD éducation Saint-Denis/CGT éduc’action Saint-Denis

Nous, personnels de l’éducation et des collectivités territoriales de Saint-Denis réuni.e.s en assemblée générale le mercredi 6 mai 2020, réaffirmons notre détermination à défendre la santé des personnels, des élèves et de leurs familles. Nous actons le recul de près d’une vingtaine de maires du département concernant la rentrée du 12 mai, en raison de la précipitation ou des dangers encourus par les populations. Nous rappelons que la rentrée du 18 mai annoncée par L.Russier n’a en l’état aucune valeur juridique et ne vaut donc pas pour ordre de mission pour les personnels enseignant.e.s. Pour autant, l’ouverture de 8 écoles solidaires sur Saint-Denis suscite nos inquiétudes.

En effet, le dispositif de sécurité sanitaire n’est pas suffisant : ni dépistage des élèves et des personnels, ni masques réellement protecteurs (FFP2) (ce qui est de la responsabilité de l’éducation nationale). Aucun temps de concertation minimal pour mettre en place un protocole sanitaire partagé entre personnels d’éducation et agent·e·s de la mairie n’est prévu. En l’état, l’envoi de courrier aux parents a de fait suscité une anxiété dans la profession et notamment auprès des équipes éducatives concernées (enseignant.e.s des écoles Balzac ; Pasteur/Calmettes ; La Roseraie/De Chambrun ; Rodin/Renoir ; Joliot-Curie, A.France/Pleyel) qui se sont alors retrouvées à devoir organiser sur le champ leurs salles de classe (alors que le confinement est encore de mise).

Par ailleurs, nous refusons fermement la mise en place de ces nouvelles écoles et ADL considérant que le nombre d’élèves par groupe est bien trop important. Nous avons fait l’expérience dans les établissements accueillants les enfants des personnels soignants : application des gestes barrière impossible à fortiori en maternelle et gestes barrière qui ne sont pus respectés lors des moments de récréation, lors des passages aux toilettes et difficulté pour les animateurs et animatrices de mener des activités hors de la classe.

Il apparaît par ailleurs évident de rappeler les exigences sanitaires préalables à tout accueil d’enfants sur une structure éducative quelle qu’elle soit à savoir : des masques du gel, du savon et des dépistages. Nous soutenons les collègues qui se mettraient en droit de retrait si les conditions sanitaires minimales n’étaient pas remplies. Nous rappelons que nous sommes plus que tout attaché.e.s à rouvrir les écoles, mais le contexte sanitaire actuel ne le permet pas. Nous exigeons le respect de ces conditions immédiatement.

Les agent.e.s territoriaux-les et les enseignant.e.s et parents d ‘élèves réuni.e.s en assemblée générale le mercredi 6 mai 2020.
5 absentions, 17 pour