SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Réforme des retraites | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | COVID-19 |

Motion de soutien contre la répression Joliot Curie -Stains
Article publié le 12 mars 2020

Motion adoptée le 9 mars

Monsieur le Directeur académique,

Les personnels d’enseignement et d’éducation du collège Joliot-Curie se sont réunis ce jour en heure d’information syndicale et ont décidé d’apporter leur soutien aux collègues faisant
actuellement l’objet de sanctions disciplinaires.

En effet, après les menaces de sanctions et les convocations policières de responsables syndicaux à Clermont-Ferrand, après la suspension d’un collègue à Dole, après les courriers rectoraux menaçants envoyés à Strasbourg, Montauban, Auch, Cahors, ce sont désormais les collègues de Melle, de Bordeaux et de Rodez qui sont menacés.
Les 10, 11 et 12 mars, les collègues de Melle seront parmi les premiers, dans le cadre de la mobilisation contre les E3C, à être convoqués avec le risque de sanctions disciplinaires. Il nous
paraît inacceptable qu’une telle vague de répression soit exercée à l’encontre de nos collègues.

Par ailleurs, nous condamnons fermement les méthodes employées à l’égard des lycéens et étudiants mobilisés. Les menaces policières et les méthodes d’intimidation exercées contre eux sont absolument inacceptables. Certains d’entre nous ont d’ailleurs été témoins de la
réponse disproportionnée des forces de l’ordre face aux mobilisations lycéennes. Par exemple, il y a un mois, devant le lycée Paul Eluard, nous avons assisté à une démonstration
de force disproportionnée exercée par des policiers. Des lycéens ont reçu des jets de bombes lacrymogènes, alors qu’ils parlaient au porte-voix contre les E3C et ne montraient aucune agressivité. L’un d’entre eux s’est même fait menotter.

Nous demandons l’arrêt de toute répression disciplinaire ou judiciaire à l’encontre des personnels, étudiants et lycéens mobilisés.

Le droit de grève et la liberté d’expression ne peuvent plus être ainsi bafoués !

Nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur Académique, en notre attachement au bon fonctionnement du Service Public d’Education.

Les personnels mobilisés du collège Joliot-Curie de Stains (93)