SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Postes, DHG, remplacements… grève dans les collèges et lycées de l’académie le 19 mars à l’occasion du CTA sur les postes !
Article publié le 11 mars 2021

Communiqué intersyndical

Les annonces du Rectorat de Créteil en matière de DHG et de postes pour la rentrée 2021 sonnent comme une provocation à l’heure où l’intérêt des élèves nécessiterait un déblocage massif de moyens en termes d’heures, de création de classes, de recrutement de personnels pour permettre d’alléger les effectifs dans les classes tout en maintenant la totalité des heures des cours pour tou·te·s les élèves, pour mettre en place des demi-groupes, pour permettre aux élèves de rattraper toutes les heures perdues depuis le début de la crise sanitaire.

Au contraire, au moment même où le gouvernement donne des centaines de milliards d’euros aux banquiers et patrons au nom du « quoi qu’il en coûte », au moment même où plus de 600 millions d’euros viennent d’être économisés et reversés au budget général par Jean-Michel Blanquer, les autorités académiques annoncent une rentrée 2021 avec encore moins de moyens que la précédente !

Dans les collèges, alors que des centaines d’élèves supplémentaires sont attendu·e·s (+1065 au total), le nombre d’heures postes supprimées correspond à 66 équivalents temps plein !

Dans les lycées, la mise en place des réformes Blanquer des lycées (généraux, technologiques et professionnels) entraîne une aggravation considérable des conditions de travail : 23 ETP en moins en heures postes en LP et 3 ETP en plus en heures postes seulement en LGT pour plus de 3000 élèves supplémentaires !

Partout, une bascule s’opère des heures postes aux heures supplémentaires qui alourdissent la charge de travail et ne remplacent pas les embauches de personnels.

Cette nouvelle baisse de moyens, qui vient s’ajouter à une situation déjà désastreuse (très nombreux enseignant·e·s non remplacé·e·s, élèves d’ULIS et d’UPE2A non pris·e·s en compte dans des effectifs en explosion, manque criant d’AESH, d’infirmier·e·s, d’assistant·e·s sociaux·ales, de PsyEN…), entraîne notamment une augmentation du nombre d’élèves dans les classes et menace de nombreux postes. La liquidation des moyens alloués à l’éducation prioritaire préfigure son démantèlement programmé
Cette année encore, pas un seul poste de CPE n’est créé alors que les effectifs d’élèves ne cessent d’augmenter et que la situation des vies scolaires est catastrophique dans les établissements scolaires du département. Il est urgent de créer massivement des postes de CPE et d’AED.

Alors que partout les collègues constatent concrètement dans leurs établissements l’étendue du désastre organisé, le Recteur et les DASEN ont d’ores et déjà annoncé qu’ils·elles ne débloqueraient aucun moyen supplémentaire au motif qu’ils·elles ont déjà distribué la totalité de l’enveloppe qui leur a été allouée par le Ministère.

Les collègues ont commencé à s’organiser dans les établissements scolaires et à adresser leurs revendications aux autorités académiques pour obtenir satisfaction. Nous encourageons cette démarche et nous les soutenons !

Les organisations syndicales académiques SNES-FSU, SN-FO-LC, SNETAA-FO, CGT Éduc’action, SUD éducation appellent les collègues à amplifier ce mouvement et à se réunir en assemblée générale dans les collèges et les lycées, à décider la grève pour obtenir satisfaction le 19 mars prochain, jour du comité technique académique en présence du Recteur.
Elles déposent une demande d’audience pour porter l’ensemble de ces revendications

RDV vendredi 19 mars à 10h devant le rectorat de Créteil !