SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | AESH, AED, AP | Agent-es | Anti-répression | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Plainte antiracisme | Stagiaires | Supérieur | Violences sexistes et sexuelles | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | COVID-19 |

Rentrée des vacances scolaires dans le 93 : le ministère prélève les salaires des personnels mais ne protège pas les personnels et les élèves !
Article publié le 27 février 2021

Les personnels de l’Éducation nationale qui exercent en Seine-Saint-Denis n’ont pas reçu la prime d’attractivité sur leur paie de février, par contre ils et elles ont été prélevé-e-s des jours de grève effectués à la rentrée de novembre pour l’application d’un protocole sanitaire.

En effet, de nombreux personnels du 93 ont rendu hommage à leur collègue Samuel Paty le 2 novembre au matin avant de refuser d’exercer leurs missions d’enseignement l’après-midi et les jours suivants en raison de l’absence de mesures sanitaires : ils et elles ont été sanctionné-e-s financièrement. L’administration a pourtant reconnu la légitimité de ce mouvement de contestation, qui a mobilisé 50 % des personnels des collèges et des lycées le 10 novembre, en ne prélevant pas les équipes en droit de retrait et en autorisant les lycées à procéder à des dédoublements.

Pour SUD éducation 93, l’administration doit rembourser les sommes prélevées aux grévistes de la mobilisation de novembre. Ceux et celles-ci se sont mobilisé-e-s dans l’intérêt unique de protéger leur santé et celles de leurs élèves face à l’incurie de l’Éducation nationale.

Alors que la crise sanitaire s’est installée dans la durée et que des mesures drastiques ont été décidées partout, les écoles, collèges et lycées du 93 échappent aux préconisations du corps médical.
Faute de moyens, il n’y a aucune mesure sanitaire dans les écoles et les collèges,au-delà de l’aération des locaux, du port du masque et de la distribution de gel hydroalcoolique. Faute de volonté politique, l’administration n’a pas organisé la mise en place des dédoublements dans les lycées et a laissé s’installer de grandes disparités et de grandes inégalités entre les lycées.
Enfin, rien n’a été mis en place dans les écoles et établissements scolaires pour maintenir un lien scolaire avec les élèves dans l’éventualité où un confinement plus strict serait décidé.

PDF - 70.2 ko