SUD Education Solidaires SUD Education 93
Membre de l'union académique SUD éducation, de la fédération SUD éducation et de l'union syndicale Solidaires

1er degré | 2nd degré | Agent-es | Contractuel-les enseignant-es | Interprofessionnel | Les représentant-e-s | Lycée professionnel | Stagiaires | Supérieur | Moyens des établissements | Education prioritaire | Plan d urgence | Réforme du lycée | Loi confiance |

Réunion publique et occupation nocturne au collège Halimi d’Aubervilliers
Article publié le 11 février 2019

Lundi 11 février – Communiqué de presse

Collège Gisèle Halimi à Aubervilliers : l’expérimentation du mépris.
Nuit au collège et réunion publique vendredi 15 février à partir de 18h

En soutien aux mobilisations des établissements de la ville et du département de Seine-Saint-Denis, les personnel.les du collège Gisèle Halimi invitent tous les parents ainsi que tous les soutiens à occuper l’établissement vendredi 15 février.

Une réunion publique ouvrira la soirée à 18h afin de faire un état des lieux des revendications.

Une éducation provisoire dans un collège provisoire. Les nombreux retards de travaux contraignent à faire durer le provisoire. Le terrain est initialement celui du jardin pédagogique du collège voisin, le service de cantine est celui de l’école primaire surchargée Charlotte Delbo, le CDI est réduit à une petite salle d’exposition du collège Jean Moulin et les infrastructures sportives sont celles d’une entreprise privée.

Afin de garantir des conditions de travail et d’apprentissage acceptables, la charge revient à l’équipe d’adulte de plus en plus en souffrance. Le projet spécifique qu’elle porte, basé sur les pédagogies coopératives et le travail polytechnique est rendu très difficile par l’irresponsabilité des institutions de tutelles.

A ce jour, le Conseil départemental, après avoir reculé à trois reprises la date d’ouverture du futur collège, prévu initialement en septembre 2018, n’est pas en mesure de fournir un calendrier de déménagement. Cette incertitude est vécue comme un mépris des usagers, adultes comme enfants. De son côté, le Rectorat ne fournit aucun moyen supplémentaire pour pallier aux manques. Aucune concertation longue n’a été accordée pour trouver des solutions pédagogiques et accompagner les équipes en souffrance. Aucun personnel supplémentaire n’a été attribué. Aucun remplacement n’est effectué en cas d’absence, comme c’est souvent le cas dans le département.

Afin de mettre en place les moyens dignes d’un service public que les collectivités ont le devoir de donner à tous les citoyens, nous invitons chacun.e à échanger lors de la réunion publique vendredi 15 février à 18h. L’objectif sera de rendre compte concrètement des problèmes de l’établissement et de la ville. L’occupation nocturne qui suivra la réunion donnera le temps de penser la lutte pour l’avenir de nos élèves, de vos enfants.

JPEG - 76.3 ko